Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

223 - Coing Coing

28 Février 2015 Publié dans #Goûtez moi ça!!

Si des fois vous trouvez dans votre jardin un fruit jaune qui resemble à une pomme, c'est peut-être un coing. Pour vous en assurez, deux tests peuvent vous aider. Premièrement, coupez le en 2, si le fruit présente un nombre anormal de pépins (par rapport à une pomme classique), c'est un coing. Deuxièmement, croquez dedans comme une pomme, s'il est difficile de faire comme Adam, que le gout est aigre et acidulé alors c'est un coing.

Me direz vous, ça vous fait une belle jambe d'avoir des coings et de ne pas pouvoir faire une tarte aux pommes comme initialement prévu (avant les tests). Mais n'ayez aucune crainte, grâce au cageot de coings ramasssés, vous aurez tout le loisir de rater quelques emissions télés en préparant une pâte de coing et une gelée de coing de la manière suivante :

La gélée comme la pâte se préparent un petit peu de la même manière, mais surtout en parallèle. Il est tout de même possible de réaliser la pâte de fruit, sans la gélée et inversement, mais tant qu'à faire... c'est simplement le même principe qu'une confiture! Pour la gélée, on utilise le jus recueilli après avoir fait trempé les coings une nuit, et pour la pâte de coings, il faudra faire cuire la purée de coings.

Attention tout de fois, les pépins du coing doivent contenir de la pectine et ils sont indispensable pour que le mélange (jus + sucre ou purée + sucre) prenne correctement. Ne faites pas le balochard et mettez les pépins dans un sachet tissu par exemple lors de la cuisson, cela vous evitera des galères pour l'élaboration de la purée ou la filtration du jus...

Pour résumer :

1) couper les coings en 4, et mettez les pépins de côté.

2) recouvrir dans une marmite ou bassine les coings d'eau et laisser tremper une nuit

3) receuillir le jus obtenu et filtrez le. Le jus servira à élaborer la gélée de coings en suivant les étapes a. Prendre les fruits et les passer au presse-purée et aller aux étapes b

4a) peser le jus et ajouter le même poids de sucre / 4b) peser la purée obtenue et ajouter le même poids de sucre

5a-b) ajouter le sachet de pépins

6a-b) faire cuire à feu doux, tout en mélangeant, sans arrêt.

7a-b) la couleur du mélange change et devient plus foncée. Après 2 heures de cuisson, la gélée ou la pâte est prête

8a) enlever les pépins, puis mettez en pot de confitures. En refroidissant, la gélée sera prise et prête à déguster.

8b) étaler sur une plaque la purée de coing obtenue.  Laisser refroidir, couper la pâte en petits bouts et  laisser sécher au moins une petite semaine, sinon les pâtes de coing seront trop molles et mouillées. Avant de déguster, saupoudrer de sucre.

Et oui, y'a du boulot, mais réjouissez vous : car avec la vaisselle qu'il faudra faire, c'est à côté de toute une soirée TV que vous pouvez passer.

223 - Coing Coing223 - Coing Coing223 - Coing Coing
223 - Coing Coing223 - Coing Coing223 - Coing Coing
223 - Coing Coing223 - Coing Coing223 - Coing Coing
Lire la suite

222 - Véloroute

22 Février 2015 Publié dans #Vélo Club

222 - Véloroute

Véloroute !! Quel mot magique. Magnifique condensé de poésie ; liberté, nature, découverte, voyage et vacances! Voilà vous en conviendrez qui sonne bon les balades dominicales régionales le long d’un canal par exemple, le voyage à vélo en France le long de la Loire, ou les premières vacances plus exotiques avec son attachant deux roues.

Mais attention, car la magie tient à peu de chose : 3 lettres en fait. A quelques lettres près, l’effet produit par le mot « véloroute » ne serait pas identique. Prenez par exemple (au hasard) le mot « Autoroute », l’effet ressenti (cher à la météo :-)) n’est alors absolument pas le même.

Quand la véloroute évoque aux cyclistes la liberté, la nature, le voyage et les vacances, l’autoroute rappelle, aux automobilistes sur la route de la côte d’opale d’un dimanche ensoleillé comme aux vacanciers lambdas  ; les péages, le macadam stérile, les aires de repos aseptisées, les paysages transformés, les bouchons (qui sont toujours sur l’autoroute), les chassés croisés de l’été, et les informations routières…

Sur une véloroute, il n’y a pas d’informations routières mais au contraire vous trouverez des informations touristiques propices aux arrêts et visites, d'ordre culturels, historiques, culinaires, etc.…

Sur la véloroute pas de bouchon à l’horizon (à moins de tomber sur une vélorution), mais vous ferez des rencontres amicales et sympathiques d’autres cyclistes, de gens locaux…. (Valable aussi en cas de vélorution)

Aucun risque de journée « noire » ou « rouge » dans le sens des retours sur une véloroute, la couleur pourra être plutôt la destination finale (noire comme la mer et la véloroute eurovélo 6 qui y mène), ou la couleur de la voie empruntée (rouge comme la véloroute du littoral atlantique : de dunkerque à Roscoff)...

Sur une véloroute, pas de péage (même le pont de Normandie est gratuit à vélo), ni d’aire de repos tous les 20 kms, mais des arrêts quand bon vous semble pour admirer le paysage, prendre son temps, se restaurer, ... et au pire : réparer une crevaison.

Le meilleur moyen de se convaincre de la magie de la « véloroute », c’est encore d’emprunter l’une des nombreuses véloroutes et voies vertes de France et d’Europe. Et n'ayez aucune inquiétude, pas forcément besoin d'aller très loin... : (Il y a fort probablement une véloroute près de chez vous : http://www.af3v.org/)

 

Pas vu à la télé, mais peut-être déja lu dans le dernier "heurovélo", le journal de l'Association Droit Au Vélo

Lire la suite