Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

93 - Le Val Joly

27 Septembre 2010 Publié dans #France 3 Nord pas de Calais

Le Val Joly, parfois appelé Val beau gosse dans la ticé… est une station touristique de l’Avesnois… oui vous avez bien lu…même si « Station touristique » et « Avesnois » sonne assez antinomique !!

 

SDC11286

 

Il est vrai que si on s’attend avec les termes « station touristique », à voir des quantités de bus débarquer du côté d’Avesnes/Helpe, des tonnes de touristes en sandales chaussettes déambulant dans la rue de Eppe-Sauvage, et des nippons photographiant tout et n’importe quoi, avec pour conséquences le prix de l’immobilier qui grimpe en flèche et l’accueil moins amical dans les restaurants locaux… force est de constater que l’on a tout faux et pour être tout à fait honnête, c’est bien mieux comme ça… car n’oubliez pas que dans « station touristique de l’avesnois », il y a aussi Avesnois…

 

La communication du site internet, nous gratifie d’un excellent « Ressourcez vous à deux pas de chez vous, direction le Val Joly »

Alors avant de partir en covoiturant, prenez votre bicyclette sur la voiture grâce au porte vélo récupéré à la braderie des bois blanc (merci Ben)… et puis emportez le barbecue portatif, on ne sait jamais ca peut toujours servir…

 

« Nature, repos, sport, détente, loisirs, pour un jour, un week-end ou un séjour inoubliable, la station du Val Joly vous attend »

N’hésitez, pas à prendre tout ça au pied de la lettre et vous pourrez vérifier par vous même que :

-          la nature y est super belle, avec le bord du lac et la campagne environnante qui l'air de rien est plus valonnée que l’on pense…

-          les petits bungalows au calme, c’est l’idéal pour du repos, avec une grasse mat’ si vous avez la chance de ne pas être dans le bungalow avec les réveils vivants 

-          un peu de sport dans le centre aquatique et ludique ne fait pas de mal… même si il est interdit de plonger, courrir, porter un short de bain, prendre le tobbogan si l’on à moins de 5 ans, etc…

-          une « randonnée » vélo en groupe est géniale pour profiter d’un bon moment ensemble, et la meilleure excuse pour aller manger une frite, et boire une chimay à Chimay

 

En bonus, vous pourrez être « tonton » tout un week end, voir des quantités de vaches, sautez dans le flaques d'eau, découvrir l'érgothérapie, cuire des pizzas au micro-onde, passer la frontière sans contrôle douanier, promener le chien, manger des mûres sauvages, préparez des salades originales et géantes, ou vous prendre pour le vainqueur du grand prix de Fourmies, etc …

 

 

« Le Val Joly, redécouvrons la vraie vie » et vous me croirez si vous voulez mais la vraie vie est sans télé…

Lire la suite

92 - Balkan Burek Bike Tour : Western Union

20 Septembre 2010 Publié dans #Moins pourrie la vie

Quand vous perdez votre carte bancaire, en général ben vous faites sans pour un petit moment, et on arrive à survivre …

Par contre lorsque vous vous trouvez à l’étranger sans aucun moyen de paiement et retrait, il ne vous reste grosso modo qu’une seule solution : Western Union…

 

Image1-copie-1

* Est ce que l'amour se transporte? Oui!


Alors ok, on va me dire que la commission est trop importante et que c’est l’arnaque… Il n’empêche c’est quand même bien pratique et l'unique moyen de s'en sortir sans faire un casse…

Et vous voilà sans que vous le vouliez vraiment, dans la peau d’un immigré qui reçoit/et ou envoie de l’argent grâce à la banque jaune et noire…mais un immigré avec des papiers


Pour le mode d’emploi c’est assez simple grâce au super partenariat de LA POSTE :

1) Une condition sine qua non : il faut qu’une gentille et serviable  personne se rende dans un bureau de poste pour faire le dépôt d’argent à transférer…

2) Ensuite grâce au n° Western Union remis, une deuxième personne, peut retirer l’argent déposé dans n’importe quel coin du monde et souvent dans un bureau de poste


Dans la pratique, il faut que le dépositaire donne son identité et aussi celle de la personne qui va recevoir l’argent, ainsi que le lieu de retrait…

Pour celui qui veut retirer l’argent, cela peut s’avérer un poil plus compliqué : Ben oui c’est pas forcément évident d’expliquer que le nom est incomplet, que mon adresse en Allemagne n’est plus valable, et que Lille s’écrit L I L L E… car tous les renseignements fournis sont vérifiés…

Dans l’ensemble cela se passe plus ou moins bien, et plus ou moins rapidement (quelques minutes en Hongrie, et une petite demi heure en Serbie) et puis cela vous donnera l’occasion d'avoir quelques formulaires pour réviser votre serbe, dechiffrer le hongrois et parfois assez cocasses : genre j’habite rue Venissieux à Duisburg en Serbie.

 

Pour aider les gens pas besoin de télé... Un gros merci à qui sait!!! :-D

Lire la suite

91 - Balkan Burek Bike Tour : Guča

7 Septembre 2010 Publié dans #Taratata

SDC11061

Guča était la dernière ville-étape de ce voyage dans les balkans, mais c’était aussi l’un des endroits que je tenais absolument à voir, et dont j’avais parlé à plusieurs reprises…

Cette fois ci je me suis rendu à Guča pour l’ouverture du 50ème festival et concours de fanfare !!! Ce festival rassemble tous les ingrédients pour une grande fête de dingue : de la bonne musique, un esprit très festif, de la bouffe à gogo, un cadre assez sympa, un marché géant, de la rakija et de la bière… et voilà…

C’est un peu bluffant et déconcertant au début, puisqu’on est habitué à ce genre d’événements mais de manière moins combiné : Mais imaginez un peu :

Si un jour vous décidez de faire du camping pendant le marché de Wazemmes, et que ce jour là, la fête de la musique tombe le même jour que le beaujolais nouveau et le 14 juillet, ben c’est que vous êtes à Guča.

Autant dire que la réputation de « craziness made in serbia » n'est pas erronée...

Alors bien sûr il faut aimer un minimum la musique de fanfares, et ne pas s’appeler Eric B ou Brice H. histoire de ne pas faire un malaise en voyant les nombreux gens du voyage ou Rroms présent dans cette petite ville…

SDC11975-13
 En résumé, Guča. est tout simplement fou :

En journée, vous pouvez déambuler dans les allées du marché-braderie aux abords du village, acheter plein de souvenirs serbes (de la rakija par exemple, ou le drapeau serbe), manger pour pas grand-chose plein de gauloiseries façon banquet d’Asterix, puis assister à des spectacles folkloriques et mini concerts de fanfares…

Le soir venu vous pourrez voir un concert au stadium (au moins 500 places dans la tribune couverte) de Goran Bregovic ou la fanfare de Boban Markovic (le programme était assez grandiose cette année pour les 50 ans), ou plus méconnu le gagnant de l'année précédente Dejan Lazarevic

Et puis bien chauffé par ce premier concert, vous continuez la soirée dans les rues du village, dansez au milieu des fanfares sur la voie publique et buvez des bières jusqu’à plus soif

Si vous n'êtes pas convaincus, à défaut de télé, vous pouvez allez surfer sur le site : www.guca.rs ou voir cette vidéo :

----------------------

 

Mise à jour 30-10-2010 : ajout vidéo

----------------------

C'était histoire de terminer en "fanfare" ce voyage et ces vacances!!!

Lire la suite

90 - Balkan Burek Bike Tour : un peu de tourisme

3 Septembre 2010 Publié dans #Moins pourrie la vie

Compliqué de résumer ce périple de 1000 bornes ...

Mais le visionnage des nombreux instants fuji devrait vous convaincre de la beauté dans sa diversité des coins traversés...

Voir les albums photos :


De Turin jusqu'à la Macédoine


La macédoine et la Serbie...


Ci après un petit condensé, genre rubrique un peu paris match avec le choc des photos, et le poids des mots piqués dans le lonely planet "western Balkans", qui m'aura été assez utile...

 

Torino / TurinSDC11256

 

Trieste / Trst

 SDC11280

 

Ljubljana

 

Pour plus d'info sur Ljubljana, allez voir :-)

SDC11322

 

Zagreb

Visually, Zagreb is a mixture of straight laced Austro-Hungarian architecture and rough aourn the edges socialist structures. Its character is a sometimes uneasy combination of the same two elements : try as they may, the frequenters of Zagreb’s elegant galleries, high class restaurants and alternative art and music venues cannot quite ignore the vast turbo folk crowds, attesting to the city’s lasting struggle between perceived central european sophistication and Balkan « savagery »… p 180

Gothic St Mark’s CChurch marks the centre of Gradec. Inside are works by Ivan Meštrovic, Croatia’s most famous modern sculptor. On the eastern side of St Mark’s is Croatia’s 1908 National Assembly (Sabor). p 185


SDC11349

 

Samobor

Samobor is the zagrebian’s version of the Hamptons for New Yorkers, only it doesn’t have a beach and it’s much smaller. Ok we may be stretching the comparison, but this is were the stressed out city dwellers come to wind down and get their fix of hearty food, creamy cakes and pretty scenery. A shallow stream stocked with trout curves through a town centre that is composed of trim pasted houses and several old churches, while the verdant woods of Samobosko Gorje are perfect for hiking. p 192

  SDC11368

 

Split

The old town is a vast open air museum and the new information signs at the important sights explain a great deal of Split’s history. Diocletian’s palace facing the harbour is one of the most imposing Roman ruins in existence. I twas built as a strong rectangular fortress, with walls measuring 215 m from east to west, 181 m wide at the southernmost point and reinforced by square corner towers…

Don’t expect a palace, through or a museum, this is the living heart of the city, an dits often ragged labyrinthine streets are packed with people (locals and tourists), bars, shops and restaurants.

The narrow streets hide passageways and courtyards, some deserted and eerie, others thumpting with music from bars and cafes, while the residents hang their washing to dry overhead, kids play football amid the ancient walls, and grannies sit in their windows watching the action below.

It’s an enchanting place. p 228

  SDC11391

 

šolta

Solta is a kind of magic, et pourtant, rien dans le guide touristique, mais encore je n'ai pas pu m'empécher d'y retourner...  Allez voir là pour savoir pourquoi :

http://intothebalkans.over-blog.com/article-21486152.html  SDC11464

 

Dubrovnik

No matter whether you are visiting Dubrovnik for the first time or if you’re returning again and again to this marvellous city, the sense of awe and beauty when you set eyes on the Stradun never fades.

It’s hard to imagine anyone, even the city’s inhabitants, becoming inured to its marble streets and baroque buildings, or failing to be inspired by a walk along the ancient city walls that once protected a civilised, sophisticated republic for five centuries and that now look out onto the endless shimmer of the peaceful Adriatic. p 244

  SDC11502

 

Trebinje

Leafy squares, a charming little old town and a unique Ottoman-era bridge make Trebinje a beguiling quick stop between Dubrovnik (28km) and Mostar or Višegrad.

But don’t expect snooty Dubrovnik citizens to encourage the trip. Remembering the 1990s conflict, some coastal Croatians imagine Trebinje to be a nest of murderers.

In fact Trebinje’s greatest charm lies in residents’ disarmingly umpretentious friendliness, making it a great place to hear Serb viewpoints on recent history. p 143

  SDC11563

 

Ostrog

Resting in a cliff face 900 m above the Zeta valley, the gleaming white Ostrog Monastery is the most important site in Montenegro for Orthodox christians.

Even with its masses of pilgrims, tourists and trashy souvenir stands, it’s a strangely affecting place. p 364

  SDC11573-DSCN0461

 

Cetinje

Rising fom  a green vale surronded by rough, grey mountains, Cetinje is an odd mix of former capital and overgrown village where single-storey cottages and stately mansions share the same streets. Several of those manions – dating from times when European ambassadors rubbed shoulders with Montenegrin princesses – have become museums or schools for art and music. p 358 .

(former french embassy)


  SDC11597

 

Lovcen and the national Park of Lovcen

Directly behind Kotor is Mt Lovcen (1749 m) the Black Mountain that gave Crna Gora and Montenegro its name. This locale occupies a special place in their hearts of all Montenegrins. For most of its history it represented the entire nation – a rocky island of Slavic resistance in an Ottoman sea.

The national Park’s 620 hectares are home to 85 species of butterflies, 200 species of birds and mammals including brown bears and wolves.

Lovcen’s star attraction is the magnificient Njegoš mausoleum at the top of the Jeserski Vrh (1657 m). p 358

  SDC11633

 

Kotor

Those prone to operatic outbursts may find themselves launching into Wagner at their frist glimpse of this dramatically beatuiful town, wedeged between brooding mountains and a moody corner of the bay. Its strudy walls – started in the 9th century and tweaked until the 18th – arch steeply up the slopes behind it.

From a distance they’re barely discernable from the mountain’s grey hide but at night they’re spectacularly lit, reflecting in the water to give the town a golden halo. p 345

  SDC11681

 

Budva

 

SDC11742

 

Sveti Stefan

SDC11757

 

Tirana

Lively, colourful Tirana has changed beyond belief in the last decade from the dull, grey city it once was. It’s amazing what a lick of paint can do – covering one ugly tower block with horizontal orange and red stripes, another with concentric pink and purple circles and planting perspective cubes on its neighbour.

The city’s grand central boulevards are lined with fascinating relics of its Ottoman, Italian, and communist past – from delicate minarets to socialist murals – guarded by bored-looking soldiers with serious automatic weaponry. The traffic does daily battle with both itself and pedestrains in a constant scene of unmitigated chaos.

Loud, crazy, colourful, dusty – Tirana is simply fascinating. p 62


SDC11778

 

Les hauts de Elbasan


SDC11790

 

Lac d'Ohrid

At 300 m deep and three million years old, this lake, shared by Macedonia (2 thirds) and Albania is one of Europe's very deepest and most ancient.

Usually Ohrid is calm but during storms its steely-grey whitecaps evoke the sea. p 301

 

SDC11805

 

 

Sveti Naum

Splendid  Sveti Naum Monastery lies just before the Albania border. Built by Naum, a contemporary of Sveti Kliment's, the monastery became a leading educationnal centre. Naum built the church of the Holy Archangels (900) replaced byt the 16th century Church of Sveti Naum, this mutlidomed, Byzantine-style strucutre, surronded by roses and peacocks and set on grassy clifftop, boasts fine 16th and 19 th frescos. p 307  


SDC11806

 

Ohrid

If you haven’t seen Ohrid, you haven’t seen Macedonia – it’s as simple as that. The country’s most popular destination boasts an atmospheric old town with beautiful churches stacked up a gracefull hill, all topped by a medieval castle overlooking serene, 32 km-long lake Ohrid. Nearby, mountainous Galicica National Park offers pristine nature, while secluded beaches dot the lake’s lush coast. p301

  SDC11841

 

Skopje

Don't let the drab Yugoslav era architecture fool you - Skopje's a lively town, and one with more to it than meets the eye. ...

While much of what makes Skopje tick will be lost on the first-time visitor, there's also much to enjoy. Crossing the Vardar River on the 15th century Stone Bridge (Kamen Most) leads into the Carsija (old turkish bazaar) with its enduring Ottoman attractions.... p 289


SDC11843-DSCN0825

 

Niš

Niš is a lively city of curious contrasts : horsedrawn carriages trot alongside new cars, cocktails are sipped in cobblestone alleys, and traditional Serbian fare is served in an old Turkish hamam.

Niš hs had a grim history but makes the best of its old sites these days.


SDC11857

 

Kopaonik

Serbia’s prime ski resort is great for people who want a ski holiday without glamour and prices to match. Kopaonik is situated around the Pancicev Peak (Pancicev Vrh 2017 m) overlooking Kosovo.

It’s a pleasant base for hiking and, with your own wheels, an adventurous base for monastery bluffs. p 413


SDC11902

 

Kosovo

Kosovo doesn't leap to mind as a travel destination : it has the weakest economy in Europe, half of the population is unemployed, and the innards of buildings stripped to their skeletons still lie strewn across smashed-up sidewalks. ...

Kosovo is a complicated country, but interesting places are rarely simple. p 269


DSCN0907

 

Eglise de St Pierre/ Petrova Crkva

Three kilometers from the town on a bluff on the kraljevo road, the small, stone Church of St Peter is the oldest in Serbia and the only pre-Nemanjic church ; parts date to the 8th century. In the late 1950s the ancient cemetery around the church was discovered to hold the grave of a 5th century Illyrian prince.

Inside the rough masonry, a step-down baptismal well and feet-polished flagstones provide a tangible sense of the ancien. The 13th century frescos are incomplete due to damage. If the church is locked, as kat the nearby house to be let in. p 411


SDC11907

 

Novi Pazar

Novi Pazar – the cultural heartland of the Sandžak region – is a gateway and warm-up to Kosovo. However, it’s a mistake to compare the islamic heritage of this region with that of its neighbour ; southern Serbia’s muslims are Slavs who converted to Islam. Here the locals don’t even try to pretend hat the Turkish coffee is Serbian.

The fact that the Turks weren’t ousted from here until 1912 has left an indelible mark on the town’s character ; even today Turkish is widely spoken… p 410


SDC11923

 

Sopocani

Nestling in one of the most beautiful settings in Serbia, Sopocani monastery is a Unesco protected treat. Built by King Uroš (who is buried here) in the mid 13th-century, i twas destroyed by the Turks at the end of the 17th century and only restored in the 1920s, the dome replaced in 1929. The church is Romanesque in external appearence, and frescos within are prime examples of European medieval art.

They also miraculously (or perhaps divinely) survived more than two centuries exposed to the elements. The black on the walls is said to be glue that once held gold leaf. … Ask to be pointed to the portrait of St Philippus « the Mona Lisa  of Serbia » for his mysterious following eyes. The assumption of the Mother of God fresco is one of the most renowned. p 410


SDC11947

 

Studenica

One of the most sacred abd beautiful sites in Serbia, Studenica is nestled in mountainous forest alongise the Studenica River. The monastery was established int hte 1190s by Stefan Nemanja and further developped by his sons Vukan and Stefan, who are entombed here. Active monastic life was cultivated by much-revered St Sava and continues today. There are three churches within the impressive oval monastery walls. Bogorodicina crkva, Kraljeva Crkva, Crkva Svetog Nikole. p 413

  SDC11955

 

Guca

Trumpet town. Every August the otherwise indistinct town of Guca blasts to life with the Dragecevo Trumpet Festival (dragacevski sabor trubaca).

Since 1961, performers have descended on Guca with trumpets, trombones, tubas... anything with a brassy sheen that makes some noise. p 414

 

SDC11975-5

Lire la suite

89 - Balkan Burek Bike Tour : la burek

1 Septembre 2010 Publié dans #Goûtez moi ça!!

SDC11317

 

Dans Balkan Burek Bike Tour, il y a Burek, ca ne vous a pas echappé... et certains se demandent encore

ce que cela peut bien être…


La burek (aussi appelée böreg en Turquie) est une sorte de tourte de pâte feuilletée (feuille de brick) fourrée que l’on trouve facilement dans les Balkans, et qui aurait été élaborée pour la première fois à Niš  en 1498 par un boulanger turc nommé Mehmed Oglu (merci le guide "Niš for young travelers").


La burek est le plus souvent fourrée avec du fromage (sir) ou de la viande hachée de bœuf et/ou mouton (meso) et plus rarement de pommes de terre sous forme de purée, d’épinards, ou sauce pizza (crise de lèse majesté slovène)…

 

Elle se sert chaude et sous différentes formes : par exemple un quart de tourte (au fromage et à la viande hachée) ou en forme d’escargot (toutes les sortes mais plus souvent viande hachée et épinards)… et se doit selon la tradition d’être servie avec du jogurt liquide.

La burek peut être dégustée aussi bien au petit déjeuner comme au dîner, et se trouve très facilement dans de nombreuses boulangeries, les snacks, ou encore mieux dans les buregdzinica (kiosque à burek qui pourrait s’apparenter à nos baraque à frites)…

Il est également possible d’en trouver surgelé dans les magasins spécialisés ou alors on va tenter prochainement d’en faire à la maison…

L’air de rien la burek vous cale l’estomac pour un bon moment, et le tout pour une somme modique (moins cher qu’un croissant de chez Maria,  entre 40 cents et 80 cents)

  Même si Burek est un anagramme de beurk, la Burek est surtout délicieuse…


 

Mais comme il faut varier les repas, je ne me suis pas contenté de manger des bureks matin midi et soir, et j'ai testé d’autres mets :

- les cevap’ : petites saucisses de viande hachées grillées, on y reviendra très prochainement en détails puisque j’ai acheté du « vegeta »

- les meilleures pâtes bolo depuis un moment qui auraient rendu bertrand bien dégu (merci alessandro et et sanja)

- le burger albanais (car y’avait plus de burek) : dans un pain à kebab, mettre des crudités, du ketchup, de la mayo, du fromage (si c’est un cheeseburger), des frites et en guise de « steak » une tranche de salami (si si véridique)

- Une soupe de poisson pas mal du tout, avec une sorte de filet de mignon de porc cuisiné avec du paprika (poivron) et des oignons : délicieux…

- Une pleskavice, après 110 kms, j’avais une envie de viande…

- du Kokos : la choucroute serbe : très très bon

- des sandwichs « pršut-sir » exquis en petit déjeuner ou une sorte de panini-croque monsieur à la serbe (jambo fromage)

- la véritable macédoine accompagné d’un cassoulet albanais : haricots, sauce et mini cevap…

- du pain turc comme jamais mangé, tellement bon que dévoré nature

- des plats hongrois délicieux dont j’ai malheureusement oublié le nom, mais dont je veux bien la recette

- des bouts de pastèque acheté sur le bord de route…

- des petits déj avec sardines plus efficace qu'un bol de frosties pour bien commencer la journée

- et puis en selle des fruits secs ou des barres énergétiques locales (le kit-kat local s'appelle sweet) quand je me trainais…

 

Et le clown rouquin qui n’a pas d’amis, ben comme pour la télé je l’ai laissé tout seul…

 

 

Lire la suite