Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

244 - Le Gallodrome

16 Mars 2016 Publié dans #France 3 Nord pas de Calais

Voilà un petit moment, que je devais écrire cette rubrique de blog pour vous parler de cet endroit qui par combinaison et association du préfixe latin "gallo" (du latin gallus signifiant coq) et du suffixe "drome" (du grec dromus signifiant course), désigne littéralement la "course de coq" et en réalité le lieu où se déroule les combats de coq.

Les combats de coq sont interdits en France depuis les années 50, mais autorisés à la condition de démontrer une tradition locale ininterrompue, comme c'est le cas dans les Départements d'Outre Mer (Martinique, Réunion, Guadeloupe) et le Nord-Pas-de-Calais.

A l'autre bout du village, l'unique café est un véritable (et devenu rare) "Gallodrome". En plus de pouvoir y boire dans la partie bistrot un café, une pression, un citror corsé ou un petit jaune, d'y lire la Voix du Nord, il est également certains jours possible en passant dans l'arrière cour assister à des combats de coq.

 

Combat de coqs en Flandres - Rémy Cogghe - 1889 - Musée la Piscine Roubaix

Combat de coqs en Flandres - Rémy Cogghe - 1889 - Musée la Piscine Roubaix

A l'instar des combats de boxe, le combat de coq se déroule selon des règles et un cérémonial précis : à l'arrière du bistrot, le programme des combats (24x50 reste encore une énigme) est affiché au mur, le tirage au sort a eu lieu précédemment, les pesées des combattants aussi, et les éleveurs préparent leur champions en les bichonnant, et leur plaçant des petites tiges métalliques au niveau des pâtes (en guise d'ergot). En attendant leur tour de combattre, ce n'est pas en peignoir que les coqs attendent, mais dans des paniers en bois, ou en osier avec leur nom dessus, ou celui de leur éleveur, du village.

Et puis après avoir acquitté son droit d'entrée, le public peut pénétrer dans l'enceinte, le fameux gallodrome :une grande pièce dédiée où se déroulent les combats de coq. Un ring similaire aux combats de boxe, mais grillagé est placé au milieu de la pièce, avec de part et d'autres des estrades-gradins permettant aux spectateurs de prendre place et d'avoir une vue plongeante du combat. Sur l'un des côtés les juges arbitres (2) sont assis aux premières loges,et arbitrent le combat.

Les deux coqs sont appelés pour leur combat. Les éleveurs indiquent le nom de leur « poulain » sur un écriteau accroché de leur côté du ring, présentent les coqs aux juges, et à l'adversaire en montrant les ergots, puis les deux coqs toujours tenus à bras par l'éleveur se saluent avec un coup de bec. Enfin les coqs sont placés à deux extrémités du ring, la porte coulissante se referme, et le combat peut commencer.

(NB : Les photos étant interdites, pour illustrer cet article, les photos ont été piochées sur un article paru dans la voix du nord : http://www.lavoixdunord.fr/region/region-quel-avenir-pour-les-gallodromes-ia30b53934n1948966), sauf celle du "ring" vide.

244 - Le Gallodrome244 - Le Gallodrome244 - Le Gallodrome
244 - Le Gallodrome244 - Le Gallodrome

Les règles sont simples : Le combat dure maximum 6 minutes. Au bout de 3 minutes, une première lumière s'allume, puis une seconde à 4 minutes, et une rouge à 5 minutes. Le coq vainqueur est celui qui est debout à la fin du combat, soit au bout des 6 minutes, soit si l'un des coqs à abandonné.

Le combat peut être nul si au bout des 6 minutes, les deux coqs sont débout (très rare), ou tous les deux couchés (rare). Le combat est arrêté si l'un des deux coqs a une patte cassée (ce qui arrive), et le coq à la patte cassée est déclaré perdant, mais seulement après une minute de combat. Dans ce cas l'un des juges arbitres déclare : « enlevez, patte cassée ». L'éleveur peut aussi arrêter le combat (son coq est perdant) quand il veut en faisant signe au juge.

Pour le déroulement du combat, c'est un peu plus complexe : Au contraire des combats de boxe, le combat est souvent court, (2-3 minutes) car l'un des coqs prend le dessus rapidement. Peu de combats se terminent au bout de 6 minutes. Les coqs sont remontés à bloc et se jettent l'un sur l'autre, en sautant et essayant de toucher l'autre avec les ergots. Leurs plumes du cou se dressent et leur font une impressionnante collerette. Lorsque le combat dure, les coqs s’essoufflent , et tentent de reprendre leur souffle en se posant, se couchant, et les assauts sont plus étalés. Dans le gallodrome, les juges arbitres, et les éleveurs sont le plus souvent très silencieux, le cérémonial de présentation des coqs, du combat se fait de manière presque muette. Dans les tribunes, quelques commentaires sur les coqs, sur le combat : « il est cuit », « c'est foutu, patte cassée » ; quelques explications sur le combat de coq, de connaisseurs dans les tribunes, certains dans le public lancent des paris : « 5 Herlies », « 10 Jean ».

Le combat de coq est plus violent que la boxe, les plumes volent et virevoltent sur le ring. Tous les coups sont permis, et le vaincu aura fort probablement la tête coupée,si il n'a pas agonisé sur le ring. Une quinzaine de duels, s'enchaîne, sans véritable pause. Entre deux combats, le ballet des paniers des coqs reprend place, un petit tour à la buvette est alors possible, puis un nouveau combat débute. A la fin de tous les combats programmés, la salle se vide rapidement et en silence et les spectateurs retrouvent vraiment leur langue dans le bistrot, où commence l'analyse des combats, et diverses discussions.

Alors assurément c'est plus violent que "du côté de chez Dave", mais ça change d'un match des VI nations! 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article