Articles récents

210 - Paulschi le pingouin voyageur

1 Avril 2014 Publié dans #Moins pourrie la vie

Paulschi le pingouin, plus communément appelé Paulschi traine depuis plus de 5 ans dans ma besace, mon sac à dos  ou mes sacoches à vélo, et en profite pour voir du pays...

210 - Paulschi le pingouin voyageur

A l'instar de son idole, le nain de jardin du film "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain", Paulschi aime voyager et se prendre en photo devant les monuments ou lieux du monde entier (plutôt l'Europe en fait). Mais comme Barracuda dans l'agence tous risques ou le footbaleur Dennis Bergkamp, Paulschi a peur de prendre l'avion... alors il ne va pas trop loin... Peut être l'avez vous déjà croisé, reconnu ici ou là, posé avec lui pour une photo, demandé un autographe... ou alors liké sur les réseaux sociaux...

Ne me demandez pas pourquoi, Paulschi préfère envoyer des cartes postales, plutôt que regarder la télé...

210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur210 - Paulschi le pingouin voyageur

209 - Tout in haut de ch'terril

10 Mars 2014 Publié dans #France 3 Nord pas de Calais

Voilà que les belles journées ensoleillées pointent leur bout du nez... Bien entendu on pourrait profiter de cela pour aller courir, jardiner, faire du vélo, aller à la plage ou à la montagne... mais on peut aussi se balader, prendre de l'altitude et faire du tourisme à 20 km de la maison... Mais attention, du tourisme estampillé "patrimoine mondial de l'Unesco" s'il vous plait, en sa baladant sur la base 11-19 de Loos en Gohelle et admirer les terrils jumeaux... Ces terrils de houille qui culminent à 188 m sont les plus haut d'Europe, et sont plus hauts que le Mont Cassel...mais les monter à vélo, ce n'est pas évident!

209 - Tout in haut de ch'terril

Avant d'admirer la vue, profiter du point de vue panoramique, il vous faudra tout en chantant la chanson eponyme d'Edmond Tanière, grimper à pied la pente assez rude qui fait un très bon entrainement pour du trail, faire gaffe au vertige et aux glissades, éviter d'écraser les plantes, et arrivé en haut après ce petit effort... quel pied!!!!

209 - Tout in haut de ch'terril

Magistral, sublime, éblouissant!!

En gros, un épisode de Racines et des Ailes en haut du terril, plutôt que dans son canapé!!!

209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril
209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril
209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril209 - Tout in haut de ch'terril

208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg

17 Février 2014 Publié dans #Stade 2

Le vent c’est magnifique, cela nous porte, nous pousse, ou au contraire nous fait ralentir… En tout cas, rien de mieux que le vent pour hisser haut les drapeaux et pour que les couleurs du Tibet flottent de la plus belle des manières dans le ciel des Flandres !!!

La fameuse montée du Ravensberg

La fameuse montée du Ravensberg

Pour cette édition de 2014, la course des 10 kms de Bailleul a établi un record d’inscrits !! Sans vouloir nous vanter, ce succès est un peu du à l’énorme engouement et la magnifique motivation du Team Tibet Libre

Au départ, une dizaine d’inscrits du team pour cette course… Un magnifique collectif tout sourire au départ de la course pour la séance photo et parés des couleurs tibétaines…

La course est un 10 km assez classique, avec une particularité : le Ravensberg, qui donne le nom à la boucle de 10 kilomètres dans la campagne de Bailleul… Le départ (donné dans le centre ville de Bailleul) est d’ailleurs très rapide puisqu’en faux plat descendant pendant 2 kms, puis arrive la première difficulté : le fameux Ravensberg, sa montée de 50 m (hauteur finale 70 m environ) avec une pente de 7 %. Les coureurs cyclistes pro avalent ça comme pour un rien, et les montagnards rigolent de vous sur ces détails, mais à pieds, c’est un peu casse pattes… C’est là que la première sélection se fait, entre ceux très affutés, ceux qui essayent de tenir le rythme et ceux qui marchent…

En haut, la récompense est simple mais ô comment magnifique (durant les 300 mètres sur les hauteurs de Bailleul) avec une vue imprenable sur la campagne environnante. Juste après la côte, la course bifurque à droite et redescend dans la plaine! Placé à l’arrière, votre coureur-reporter admire les coureurs qui le devancent et qui dessinent un serpent multicolore dans les prairies…

Dans la plaine, se déroule la seconde sélection, avec 3 kms de plat certes, mais avec un énorme vent de face continu, glacé et … fort… Le ravitaillement au km 5 (comme d’habitude) est le bienvenu avant le retour à Bailleul et la remontée du Ravensberg. D’ailleurs cette seconde « ascension » se déroule en deux temps, avec une première partie au km 6 très sélective, puis après 1 km de « plat », la seconde partie au km 7, plus bucolique au milieu de la houblonnière… Voilà, le plus dur est fait, même si il faut encore lutter contre le vent lors de la « descente » vers Bailleul, se rafraichir grâce à une averse au huitième km (si vous n’avez pas eu de gouttes, c’est que vous étiez trop rapide) et puiser encore de l’énergie pour terminer le finish au sprint…

L’approche de l’arrivée est un excellent moment, avec les encouragements des amis et proches, du soutien de Tim qui n’étant pas assez fatigué a couru le dernier km 3 fois en motivant et encourageant le team tibet libre. Puis vient la joie et le sourire de passer, la ligne d’arrivée, d’avoir sa danette (un produit local), un verre d’eau et de la brioche, et si on n’a pas trop trainé une soupe à l’oignon chaude et revigorante.… L’organisation au Ravensberg c’est le top !!!

Après la course, au chaud dans la salle des fêtes, on peut savourer sa course en fanfare, faire tranquillement ses étirements, boire de l’eau et encore de l’eau pour éviter les crampes, aller regarder les résultats et chercher le premier « TEAM TIBET LIBRE »  …

Et puis pour continuer à partager ce beau moment et aussi reprendre des forces, tout le monde était convié à partager un bon repas en groupe dans un estaminet belge (à 2 km du ravensberg),… Et au milieu de la salle se dressait le drapeau tibétain bien entendu…

208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg 208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg
208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg 208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg 208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg
208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg 208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg 208 - Le Team Tibet Libre et le Ravensberg

207 - Bonne année

7 Janvier 2014 Publié dans #Moins pourrie la vie

207 - Bonne année

Bonne année et surtout la sans té lé...

206 - Ça déménage

17 Décembre 2013 Publié dans #Moins pourrie la vie

SDC10337

La vie sans télé déménage et se met au vert... (et ce ne sera pas que sur les murs... :-)

Merci aux matinaux pour les derniers démontages, aux textos de soutien, aux aides en tout genre, aux specialistes logistiques amateurs, aux chevronnés des déménagements, aux geeks des eighties spécialistes en Tétris, aux porteurs et manutentionnaires souriants, aux coquilles au chocolat en bonus, aux acrobates sur camion, au cuisinier du régaleux catering, à tous les motivés du dimanche pour leur coups de main, leur grosse aide et leur géniale bonne humeur...

Reste bien entendu encore quelques cartons à déballer, d'autant que y'a eu des chargements bonus...

La vie sans télé continue, de toute façon y'a pas d'antenne TV à la maison en T.  La nouvelle saison s'annonce passionnante.

205 - Saint Cyr de France - épisode 2

14 Novembre 2013 Publié dans #Moins pourrie la vie

SDC10192

Attention au passage d'un Piaton à Saint Cyr, car voici le second épisode des péripéties à travers les Saint Cyr de France...

Voilà de quoi réviser votre géographie et faire quelles facéties, vérifier que l'on a toujours du poil au menton dans l'Ain, être au garde à vous dans les Yvelines, ne pas faire trop de dégats en Vendée, faire le malin dans le Jura et se dire en Vendée tain eul'monde est petit...

IMG-20130321-01489  IMG-20130820-01950

 

  Photo0397       SDC19577SDC19202

 

Et pour faire le pitre, sûr que y'a pas besoin de télé....

204 - Carré magique de 4 = 34

28 Octobre 2013 Publié dans #C'est pas vraiment sorcier

Et voici pour faire travailler vos méninges une énigme mathématique de "cyrconstance" :

Réalisez le carré magique de 4 suivant :  

 

1     4
 
   
       
  2 3  

 

Il s'agit de mettre les nombres de 1 à 16 pour obtenir pour chaque ligne colonne et les deux diagonales la somme égale à la constante magique de 4, soit 34... pour vous aider les 4 premiers nombres sont placés... 

Voilà qui change de Motus tout en y ressemblant...

------------------------------------------------------------------------

 

 

1   14   15 4
  12 7 6   9
  8 11 10    5
  13 2 3 16 

 

203 - En camionnette Jeannette

23 Octobre 2013 Publié dans #Moins pourrie la vie

L'expression "En voiture simone", est bien connue de tous. Elle doit son origine a de grands noms de la télévision Guy Lux et Simone Garnier et la superbe émission Intervilles ("En voiture Simone, c'est toi qui conduis, c'est moi qui klaxonne !"). C'était le petit clin d'oeil télévisuel de cette rubrique, mais pas d'inquiétude, il n'y a toujours pas de télé dans la camionnette, le seul écran c'est celui du GPS.

IMG-20121108-01091A défaut de télé, c'est la radio qui est maître dans l'habitacle de la fourgonnette... Pas de bol, il n'y a plus Max Meynier sur RTL (je crois que de ce fait les routiers sont moins sympas...). Au volant du "véhicule de Prout", ou de la M-Team, on "zappe" entre France Inter , Nostalgie et Rire et chansons...

Après quelques journées on the road, et des milliers de kilomètres, les grilles de programmation n'ont plus aucun secret pour nous, et selon les horaires, on joue au "jeu des milles euros", on s'instruit sur "là bas si j'y suis", on s'informe des conditions de la route sur "107,7 FM", on choisit son tître préféré sur "la compil" de France bleu. Un auditeur de "on fait la route ensemble" nous confirme que l'on est bien dans un bouchon (un homme averti en vaut deux), alors on passe sur FIP pour être plus zen. On chante comme au Karaoké sur Nostalgie ou RFM (à quand les paroles en mode RDS sur les autoradios?), et on se fait en boucle les sketches sur Rire et Chansons (les mêmes depuis 20 ans) et c'est toujours mieux que les pubs interminables de la famille Leclerc ou de Daniel Prévost....

Après les nombreux kilomètres de bitume avalés, on apprécie le plus beau pays du monde : ses beaux paysages, de sublimes couchers de soleil, et aussi quelques paradoxes,

C'est sûr on est plus rapide en camionnette qu'à vélo, mais il faut faire régulièrment le plein. Par chance : on est autorisé à prendre les autoroutes : Quel bonheur de converser avec la borne automatique pour laquelle le mot bonjour n'existe pas... Il est fini le temps, où l'on pouvait adresser un chaleureux "merci" au péage en retour à un charmant "voici votre monnaie"...  Même les auto-stoppeurs se font rare, alors pour un peu de contact humain, il faut s'arrêter sur les aires de repos, et prendre l'air, car toutes les 2 heures, une pause s'impose, se restaurer à l'autogrill même si c'est moins bon qu'à la maison, boire un café...

Lorsqu'enfin les terrils sont en vue, c'est que la route touche à sa fin et qu'on est de retour à ch'baraque...

 

Toujours pas envie de regarder "Car Warrios" ou "Monster Garage"? Moi non!!!

202 - I ♥ RBX - 10 : Chez Salah

7 Octobre 2013 Publié dans #I ♥ RBX

 

magnet-i-love-roubaix_1.jpg

Chez Salah se dresse tout près du canal de Roubaix et au bord d'une nouvelle route, au milieu de nulle part, au coin d'une rue qui n'existe plus (la rue de Menin). L'enseigne lumineuse éclaire rarement de sa lumière bleue le coeur du no man's land de l'union, et le clin d'oeil de Lem...

SDC19323

Pourtant Salah vous acceuille très chaleureusement dans son café... Mais pour cela il vous faudra une petite dose de curiosité et d'audace pour venir toquer à sa porte et oser franchir le seuil de ce café qui semble fermé...

Une fois à l'intérieur, c'est un voyage dans le temps qui débute pour le curieux.... : une plongée 40 ans en arrière lorsque l'usine Terken s'appelait la Grande Brasserie Moderne et non un bâtiment en cours de démolition, et où l'union n'était pas une friche industrielle en cours de réhabilitation mais fourmillait de milliers de travailleurs et ouvriers...A cette époque là, Chez salah était un café où l'on dansait jusqu'au milieu de la nuit sous la boule à facettes garantie vintage et la plafond tendance Jeanne Mas plutôt que CNT, sur des rythmes endiablés tout droit sortis du magic juke box... Désormais ce temps là est un peu révolu, et pour s'imaginer ce lieu du temps de sa splendeur, il vous faudra vous laisser happer dans un voyage temporel mural, se laisser hypnotiser par la musique du juke box qu'il faudra  inévitablement bidouiller.... ou se laisser conter par Salah l'histoire du café et quelques blagues, en buvant accoudés au comptoir un petit noir ou une canette sortie du frigo (et oui malheureusement les tireuses ont elles arrêter de fonctionner).

Et voilà comment faire un petit voyage dans le temps en une après midi tout en ayant raté Code Quantum : oh bravo!!!

201 - Train train vélo

25 Septembre 2013 Publié dans #Vélo Club

SDC17902
Pendant ces congés d’été, si jamais vous avez des fourmis dans les jambes, des envies de prendre votre temps pour profiter au mieux des paysages, faire de jolies découvertes et de belles rencontres… rien de mieux que d’enfourcher sa bicyclette et partir sur la route pour un périple à vélo
Mais comme il est fort probable que, vous n’avez pas la condition physique des coureurs pro, ou que votre chef n’a pas voulu signer une feuille de congés pour 8 semaines de suite, vous vous êtes simplement dit : « eh bien je vais m’avancer en train » ou « pas de problème, de toute façon je peux rentrer en train… »...

Parfois l’aventure et le casse tête administratif n’est pas sur la route, mais plutôt sur les rails et en gare… La prochaine fois, avec les préparatifs des bagages, les petits réglages techniques et l’élaboration de l’itinéraire, n’oubliez pas de consulter et lire sur le site de l’adav l’article consacré au train et vélo : http://www.droitauvelo.org/-Train-et-velo- 

Dans les TER (trains régionaux), il y a aucun soucis pour prendre son vélo avec soi. Des emplacements sont prévus à cet effet, les trains sont bien souvent à la même hauteur que le quai, et même à plusieurs vélos ou un vélo couché, il y a suffisamment de place…

Par contre, sur les grandes lignes c’est quitte ou double : c’est soit une grande ligne avec des nouveaux wagons bien aménagés (genre le Paris-Brive la Gaillarde) et assez bien conçus pour l’accès des vélos et PMR, soit des emplacements vélos riquiquis mal conçus (ou peut être est-ce volontaire) sans accroche au plafond, dans lequel votre vélo gêne le passage ce qui ne plait pas trop au contrôleur ("des fois que quelqu’un se blesserait avec votre vélo dans le passage") et où il faudrait de préférence démonter son vélo…

Pour les TGV, il faut premièrement  trouver un TGV qui accepte les vélos sur réservation et deuxièmement il faut souvent batailler avec d’autres voyageurs pour que le wagon vélo ne soit pas emblavé de bagages encombrants qui eux n’ont pas de réservation à 10 €…

Et (sur les grandes lignes) à l’étranger me direz-vous ? : Et bien cela dépend… En Allemagne, les trains IC (inter cité) qui acceptent les vélos font littéralement de la place aux deux roues, avec un wagon entier dédié, de l’espace et un superbe aménagement  En Italie, vous devrez démonter votre vélo sur le quai puis le mettre dans une belle housse avant de monter dans le train ! … En Slovénie pas de grandes lignes, donc que des trains type « régionaux » et le même genre de service qu'en France. En Croatie, vous voyagerez dans un vieux wagon vide de cyclistes qui du coup est bien spacieux… En Belgique, vous paierez un supplément journalier pour votre vélo. Par contre, en Serbie, vous devrez payer un petit supplément directement au contrôleur pour votre gros bagage qui ne peut pas rester dans le couloir et au porteur dans la gare... et en Hongrie vous vous arrangerez avec le chauffeur pour mettre le vélo dans la locomotive… Mais pas d’inquiétude, bien souvent il y a toujours possibilité de trouver un voyage avec un ou des trains régionaux qui acceptent les vélos, sauf… en Suède.
Car dans le royaume de Suède, les vélos sont tout simplement interdits dans tous les trains (grandes lignes, comme trains régionaux…) pour des raisons assez obscures…
Il faut donc obligatoirement soit l’envoyer à la gare d’arrivée par livreur (même pas ferroviaire), soit le mettre dans un emballage dont la taille doit être la plus petite possible (pas plus grand qu’une poussette)… Puisque vous ne comptez pas abandonner votre vélo sur le quai d’une gare, il vous reste à trouver un vélociste local pour acheter une house de transport ou lui demander un carton d’emballage de vélo, et inaugurer un atelier vélo sur les quais de la gare !!!

Et voilà, c'était le special de l''emission "des trains pas comme les autres", spécial vélo

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog